L'Anjou Agricole 03 février 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Étude : le Ceta constituerait un dangereux précédent pour la viande européenne

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Une éventuelle signature du Ceta, l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada, constituerait un dangereux précédent pour la viande européenne, a indiqué Aurélie Trouvé, maître de conférences à AgroParisTech, le 2 février à la presse, présentant une étude commandée par le groupe Verts /Alliance libre européenne du Parlement européen. En effet, un tel accord, en additionnant 70 000 tonnes d’importations de viande bovine canadienne à droits nuls, représenterait le quart des exportations canadiennes.

Or, si l’UE concédait la même proportion aux États-Unis, « cela ferait 700 000 tonnes de viande bovine qui arriverait en Europe », écrasant la production européenne, notamment d'arrières, les morceaux à forte valeur ajoutée. « Ceux qui pensent contrarier la politique de Trump en signant le Ceta se trompent lourdement », a déclaré Yannick Jadot, député européen pour la formation Europe Écologie les Verts, participant à cette rencontre avec la presse. Le Parlement européen est appelé à se prononcer sur le Ceta le 15 février.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui