L'Anjou Agricole 31 janvier 2019 à 09h00 | Par AA

Faire le choix du goutte à goutte pour son verger

Certaines cultures se prêtent plus facilement que d’autres à l’irrigation moins abondante mais plus régulière du goutte à goutte. C’est le cas du cassis...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Tout a démarré lorsque l’on a cherché à faire des économies et que l’on a eu l’idée d’utiliser le système de goutte à goutte. Et depuis, ce n’est que du bonheur ! ». Hervé Boujuau est un arboriculteur heureux qui sait qu’il a fait le bon choix en optant pour un nouveau type d’irrigation pour son verger de près de 20 hectares, situé à Beaufort-en-Anjou.

Grâce au goutte à goutte, fini le stress hydrique du cassis puisque même lorsqu’il fait très chaud, l’eau arrive de manière régulière et filtrée. Avec un enrouleur, l’arrosage est plus agressif et l’eau n’est pas forcément propre.

L’économie d’eau, Hervé Boujuau l’a vite constatée, passant du simple au double, le tout avec une meilleure efficacité : « les plants d’un an ont déjà atteint 70 cm, une taille auparavant atteinte en 2 ans. C’est vraiment exceptionnel ! En deuxième année de production arrosée au goutte à goutte, on a produit 6 tonnes de fruit, un chiffre atteint en troisième année... ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le relèvement du seuil de revente à perte de 10 % et l’encadrement des promotions sur les produits alimentaires Loi Egalim semble avoir mis un terme à la baisse des prix des produits alimentaires en général

estime Céline Bonnet, chercheur à la Toulouse School of Economics dans son rapport d’évaluation que le gouvernement a remis au parlement le 30 septembre.

Le chiffre de la semaine
45 %
des poulets consommés en France viennent de l’étranger.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui