L'Anjou Agricole 24 août 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Faire le choix stratégique de la diversité

Installé depuis novembre 2013 à l’âge de 22 ans, Paul Terrien a repris et agrandi l’exploitation familiale, située à Cizay-la-Madeleine (Maine-et-Loire).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Terrien, 26 ans, installé depuis 2013 à Cizay-la-Madeleine, en céréales et vigne.
Paul Terrien, 26 ans, installé depuis 2013 à Cizay-la-Madeleine, en céréales et vigne. - © AA

« J’ai orienté ma formation vers le domaine agricole dès le BEP. Je bosse dans ce milieu depuis mon plus jeune âge », introduit Paul Terrien, 26 ans, installé depuis le mois de novembre 2013 sur l’exploitation familiale de Cizay-la-Madeleine. (...) Paul Terrien ne souhaite pas à ce jour continuer d’agrandir le foncier. Son objectif est plutôt de trouver l’assolement qui correspond aux sols, afin de s’assurer un revenu stable. « On constate aujourd’hui que le maïs, le tournesol et le blé ne sont pas des valeurs sûres. Les rendements ne sont pas exceptionnels, et ces cultures sont moins rémunératrices ». C’est pourquoi il s’est tourné vers des "cultures nouvelles". (...)

Retrouvez l'intégralité de ce portrait de jeune dans l'Anjou Agricole du 25 août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.