L'Anjou Agricole 22 janvier 2015 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Fermes Déphy Ecophyto : des agriculteurs engagés témoignent

Le rapport du député Dominique Potier vise à réduire de 50 % l’usage des pesticides d’ici 2025. Parmi les moyens, un déploiement du dispositif Déphy. Des agriculteurs déjà impliqués témoignent, à la conférence Ecophyto organisée le 15 janvier, au Sival d'Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bernard Bouchereau, maraîcher en réseau de fermes Déphy Ecophyto ; Dominique Potier, député, président du comité consultatif de gouvernance du plan Ecophyto ; Jeannick Cantin, élu de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire, le 15 janvier à Angers.
Bernard Bouchereau, maraîcher en réseau de fermes Déphy Ecophyto ; Dominique Potier, député, président du comité consultatif de gouvernance du plan Ecophyto ; Jeannick Cantin, élu de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire, le 15 janvier à Angers. - © AA

En Maine-et-Loire, l’EARL Bouchereau (7,5 ha de légumes divers, dont 1 ha sous abri), est engagée dans la démarche depuis 2012. « Nous vendons toute notre production en circuit court à la ferme, en Amap et sur des marchés. La clientèle nous demande une traçabilité des pesticides employés », explique Bernard Bouchereau.

Les résultats les plus significatifs ont été obtenus sur le choux. Le programme de désherbage initial, c’était un passage d’herbicide, deux binages et un désherbage manuel. Aujourd'hui, « nous faisons trois faux-semis, trois binages et deux passages de herse étrille. Ceci représente beaucoup plus de temps de travail, un fort investissement personnel. Mais, face à notre clientèle, nous avons une vraie force de vente », apprécie le maraîcher.

En viticulture, Jean-Yves Bretaudeau, installé dans le vignoble du Muscadet, à Tillières, fait lui aussi partie d’un groupe Déphy. Il agit à plusieurs niveaux : il a réduit ses doses grâce au logiciel Optidose, « bien efficace sur le mildiou », il a changé son pulvérisateur, mal adapté, pour une pulvérisation “face par face”. Et, depuis l’an dernier, il expérimente la confusion sexuelle pour lutter contre deux espèces de vers de la grappe, eudémis et cochylis.

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui