L'Anjou Agricole 09 septembre 2019 à 17h00 | Par Romain Devaux

Festi'élevage ou comment redonner à l'élevage ses lettres de noblesse

Belle démonstration à Chemillé, cette année encore, de la dynamique de l'élevage angevin. Une vitalité toutefois amoindrie par les effets de la sécheresse estivale et l'agri-bashing, toujours aussi virulent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bilan positif pour les organisateurs de Festi'élevage, qui s'est tenu fin de semaine dernière, rassemblant sous les chapiteaux du théâtre foirail de Chemillé plus de 600 bovins, caprins et ovins.
Bilan positif pour les organisateurs de Festi'élevage, qui s'est tenu fin de semaine dernière, rassemblant sous les chapiteaux du théâtre foirail de Chemillé plus de 600 bovins, caprins et ovins. - © AA

Avec ses 120 bêtes réunies sur le grand ring, le National Jersiaise a tenu promesse, consacrant de nombreux éleveurs de cette race laitière dont le Maine-et-Loire détient le record d'effectif (5 500 têtes). Principale ombre au tableau, le pessimisme ambiant sur la façon dont les éleveurs sont perçus par leurs concitoyens. Ou plutôt sur la façon dont ils pensent être perçus par ces derniers, au travers les critiques et les inexactitudes trop souvent véhiculées par les médias et les réseaux sociaux.

Benoit Cesbron, président de Festi'élevage.
Benoit Cesbron, président de Festi'élevage. - © AA

" Les feux en Amazonie ce n'est pas forcément de notre faute, la pollution on n'est pas responsable de tout, déclare amèrement le président de Festi'élevage, Benoit Cesbron, en direction du public juché dans les gradins. Nos animaux, on s'en occupe, on ne les maltraite pas. On passe énormément de temps avec eux, alors si on ne les aimait, cela ne marcherait pas... ".


Se relever des déboires estivaux

Si la fête de Chemillé est une " parenthèse agréable ", " un bol d'air " au dire des participants, comment passer outre les difficultés liées à la sécheresse de cet été... Le manque d'herbe a obligé beaucoup d'éleveurs à rester en ration hivernale et les silos de maïs ont été attaqués. Des prairies ont dû être ressemées. Outre les modes d'élevage ou encore le recours aux produits phytopharmaceutiques, le partage de l'eau demeure un point de friction sociétale. D'autant lorsqu'il est question d'irrigation. " Il faudra que l'on concilie les usages économiques avec les activités de loisirs et aussi, les besoins de la biodiversité ", appelle de ses voeux Pascal Gallard, représentant la Chambre d'agriculture à l'occasion des discours officiels, conforté par Christophe Dilé, maire de la commune de Chemillé-en-Anjou - " pour la dernière année ", a-t-il annoncé dimanche matin. Le conseiller départemental Hervé Martin, lui, rapporte s'être rendu à Saint-Augustin-des-Bois dans le cadre d'une commission décentralisée : " dans la vallée de la Romme, l'élevage a disparu. Les milieux s'y sont refermés. Sans élevage, pas d'environnement et sans environnement, pas de biodiversité... ".

 


" Nous avons fait tous les efforts pour que le département soit classé en calamité, rappelle au micro Pascal Gallard, représentant la Chambre d'agriculture à l'occasion des discours officiels. Et, au passage, l'agriculteur de Mauges-sur-Loire tient à souligner les retards d'enlèvement d'animaux morts, victimes de la canicule, " exposant les exploitations au risque d'intrusion d'associations malveillantes, pourfendeuses de l'élevage ".
" Nous avons fait tous les efforts pour que le département soit classé en calamité, rappelle au micro Pascal Gallard, représentant la Chambre d'agriculture à l'occasion des discours officiels. Et, au passage, l'agriculteur de Mauges-sur-Loire tient à souligner les retards d'enlèvement d'animaux morts, victimes de la canicule, " exposant les exploitations au risque d'intrusion d'associations malveillantes, pourfendeuses de l'élevage ". - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui