L'Anjou Agricole 06 septembre 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

« Fiers d’être à Festi’élevage »

Mercredi 5 septembre s’est tenue la conférence de presse de la 24ème édition de Festi’élevage, qui aura lieu du 7 au 9 septembre, à Chemillé. L’occasion pour les organisateurs de mettre en avant l’importance de l’évènement pour les éleveurs ligériens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Denis Pineau (président du syndicat des éleveurs de rouge de l’Ouest du 49), Benoît Cesbron (président de Festi’élevage), Joseph Lambert (président du syndicat des normandes du 49) et Dominique Bourgeais (responsable de l’organisation des concours).
De gauche à droite : Denis Pineau (président du syndicat des éleveurs de rouge de l’Ouest du 49), Benoît Cesbron (président de Festi’élevage), Joseph Lambert (président du syndicat des normandes du 49) et Dominique Bourgeais (responsable de l’organisation des concours). - © AA

Festi’élevage, c’est « le pôle de l’élevage du département », souligne Joseph Lambert, président du syndicat des éleveurs de normandes du Maine-et-Loire, race à l’honneur lors de cette édition 2018, avec l’organisation d’un concours inter-régional. « 130 à 140 normandes seront présentes. C’est la première fois que nous organisons un inter-régional sur le territoire du Maine-et-Loire ».

De façon plus générale, 520 bovins sont attendus, un chiffre similaire à l’an passé. Pour la 1ère fois, 2 bazadaises seront en présentation. à leurs côtés, une centaine de chèvres, et environ 120 moutons. « Nous attendons une dizaine d’éleveurs, venus de Maine-et-Loire, de Mayenne, des Deux-Sèvres, de Vendée et de Haute-Vienne, pour l’inter-régional rouge de l’Ouest », explique
Denis Pineau, président du syndicat des éleveurs de rouge de l’Ouest du Maine-et-Loire.

Les jeunes sont le thème de cet opus 2018. « Nous voulons montrer l’attirance persistante des jeunes générations pour notre métier », indique Benoît Cesbron. 220 jeunes sont donc attendus ce vendredi et vont évoluer entre différents ateliers. « Les élèves de MFR restent le week-end pour aider, en participant aux soins quotidiens des animaux », précise le président. Et d’ajouter : « ils seront cette année identifiés par des t-shirts “fiers d’être à Festi’élevage” ».

Nouveauté cette année, la manifestation se dote d’un compte Twitter, qui permettra de suivre ce week-end, en direct, les résultats du concours et le quotidien du festival : @FElevage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui