L'Anjou Agricole 09 octobre 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Fièvre porcine africaine : les professionnels européens prêts à financer des clôtures

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Les organisations professionnelles de l’Allemagne, de Belgique, du Danemark, d’Espagne, des Pays-Bas et de la France du secteur porcin se sont accordées sur une position commune concernant la situation de la fièvre porcine africaine (FPA) en Belgique », rapporte un communiqué diffusé le 8 octobre par Inaporc.

« Face à l’absence de vaccin, la pose de clôtures autour de la zone géographique infectée définie par les autorités belges semble la seule solution, à l’instar de ce qu’ont fait les autorités tchèques. La rapidité pour réaliser ces clôtures sera déterminante pour permettre une éradication de la maladie, en empêchant la diffusion du virus et en permettant la gestion des populations de sangliers. Après concertation, nous sommes prêts à contribuer financièrement à la réalisation de cette clôture afin d’appuyer le travail des autorités sanitaires belges. »

Les organisations européennes jugent par ailleurs « indispensable de redéfinir les règles qui régissent les relations commerciales internationales. Il est notamment nécessaire d’intégrer les normes de l’Office international des épizooties (OIE) dans les protocoles sanitaires et notamment de différencier la situation sanitaire des sangliers de la faune sauvage de celle des porcs d’élevage. Enfin, il est urgent d’intégrer pleinement dans ces protocoles la notion de régionalisation qui permettrait de reconnaitre des zones indemnes à l’intérieur des pays et préserverait les échanges internationaux.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui