L'Anjou Agricole 28 août 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Filières - Les producteurs visitent les rayons des grandes surfaces

De nombreux producteurs de fruits et légumes ou éleveurs sont mis en difficulté par les prix à la production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
à Brissac-Quincé, la semaine dernière. Le Maine-et-Loire a répondu à la demande de la FNSEA qui s’intéresse à l’origine des produits alimentaires et à leur prix final.
à Brissac-Quincé, la semaine dernière. Le Maine-et-Loire a répondu à la demande de la FNSEA qui s’intéresse à l’origine des produits alimentaires et à leur prix final. - © AA

 

Une première étape quand le besoin s’en fait sentir. En fin de semaine dernière, les agriculteurs du Maine-et-Loire sont allés dans les rayons de grandes et moyennes surfaces de leur secteur étudier l’offre proposée aux consommateurs. Ils ont ainsi répondu à un appel de la FNSEA qui entend obtenir un aperçu de la situation et répondre à deux questions principales : d’où viennent les produits alimentaires présentés dans les rayons et à quel prix arrivent-ils au consommateur final ? Car c’est “la GMS qui tire les prix au plus bas”, explique Maryline Ménard, qui faisait partie de l’équipe de quatre éleveurs mobilisée à Brissac-Quincé, vendredi 22 août.

“Nous venons là, déjà pour montrer que ça ne va pas.” Les agriculteurs se sont intéressés à plusieurs filières, dont celles des fruits et légumes ou des viandes.

Origine et prix

Le recensement cible “toutes les enseignes de la grande distribution et du hard discount”, explique Alexandra Blanvillain, élue cantonale de la FDSEA, en remplissant la grille des informations à relever pour une vingtaine de produits standard qui se retrouvent dans tous les magasins, afin de pouvoir “comparer les données.” En plus de relever les prix, “nous regardons l’origine des produits, quelle proportion est française dans le rayon.” Peut-être un signe encourageant : dans le premier établissement visé, les quatre éleveurs ont trouvé l’origine France globalement, en bonne place. “À part quelques exceptions, nous avons trouvé presque 80 % de produits français dans les rayons.”

 

Ronan Lombard

 

- © AA

Origine et prix des produits

Emmanuel Lachaize* :
“Les données seront analysées finement”

“Dans le département, une dizaine de magasins ont été visités par les agriculteurs. On peut se féliciter de la forte présence de produits d’origine française dans les linéaires. Ce résultat serait certainement différent si les agriculteurs n’allaient pas régulièrement observer ce qui se passe dans les rayons des supermarchés, fait constaté dans des départements moins denses en agriculteurs. Une première analyse rapide nous permet de constater que la différence de prix entre enseignes, annoncée haut et fort par certains de leurs dirigeants, n’est pas si nette que ça. Les prix sont autant différents entre magasins d’une même enseigne qu’entre magasins d’enseignes différentes. Même si la tendance générale est bien sûr de se calquer sur le prix du concurrent le plus bas. Les données recueillies vont être analysées finement et nous aurons des données réelles sur le comportement de chaque enseigne en termes d’origine et de prix, qui nous permettront de rétablir quelques vérités.”

*Secrétaire général de la FDSEA.


 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui