L'Anjou Agricole 15 août 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

FNP : ' ​Bigard et Cooperl doivent revenir au marché '

Après la suspension des 10 et 13 août, le marché au cadran qui avait été programmé pour le 14 août ne s’est pas tenu, les acheteurs Bigard et Cooperl ont maintenu leur boycott.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine.
Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine. - © FNP

Pourquoi une nouvelle suspension du marché ?

Paul Auffray : il y a eu des discussions très tendues entre ceux qui ont une approche technique et ceux qui ont une analyse plus politique de la situation. Finalement il a été décidé de suspendre le marché jusqu’à la tenue de la table ronde annoncée par le ministre de l’Agriculture, lundi prochain, le 17 août.

 

Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

PA : nous attendons des engagements précis du ministre sur l’allègement des charges, l’abaissement du coût du travail, l’embargo russe et la restauration collective pour qu’elle privilégie les achats de porcs français.

 

Peux-t-on maintenir l’engagement d’achat à 1,40 €/kg ?

PA : nous allons tout faire pour qu’il en soit ainsi. En tout cas le prochain marché doit se tenir lundi et les deux opérateurs, Bigard et Cooperl doivent impérativement revenir.

 

Faut-il faire évoluer le marché au cadran comme le souhaitent certains ?

PA : le MPB doit rester la référence publique nationale et ne doit pas être pendu au sort de quelques acteurs. Néanmoins la FNP soutient l’idée que d’autres mécanismes permettant de renvoyer de la valeur ajoutée aux éleveurs peuvent être mis en place rapidement. Ce n’est qu’en arrêtant les guerres de clocher et en oeuvrant collectivement que nous sortirons de cette situation dramatique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui