L'Anjou Agricole 08 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Frais de mécanisation : c’est sur la traction qu’il faut agir

120 agriculteurs ont participé, vendredi 2 février, à l’assemblée générale de l’Union des Cuma Pays-de-la-Loire section Maine-et-Loire, à Jumelles, sur la problématique des charges de mécanisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Coupard, directeur de la section 72 (au micro) et Gérard Poujol, animateur 49.
Philippe Coupard, directeur de la section 72 (au micro) et Gérard Poujol, animateur 49. - © AA

« Très peu d’agriculteurs connaissent bien leurs charges de mécanisation », constate Philippe Coupard, directeur de la section sarthoise de l’union des Cuma. L’étude menée en région à partir de 65 diagnostics de mécanisation donne des repères intéressants. Le coût de mécanisation moyen en 2016 est de 405 euros/ha (soit 14,8 % du chiffre d’affaires). Avec de forts écarts entre les exploitations : de 257 euros pour les plus “économes”, à 566 euros pour les plus “dépensières”.

Des écarts qui s’expliquent en partie par la différence de système (frais plus forts en systèmes laitiers qu’en système céréaliers sans labour). Mais pas seulement. Ce sont aussi les stratégies de mécanisation qui font la différence et des marges de progrès pour réaliser des économies sont possibles.

La traction (30 %) et le carburant (20 % ), pèsent à eux seuls la moitié des charges de mécanisation. « Si on veut agir sur ces frais, c’est sur la traction qu’il faut bosser », a souligné Gérard Poujol, animateur de la section 49...

Lire l'intégralité de l'article dans 'lAnjou agricole du 9 février 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On craint qu’une grande quantité des réserves de blé sur le port ait été affectée ou détruite par l’explosion. Les stocks sont gravement endommagés.

a déclaré le responsable des urgences de la FAO, Dominique Burgeon, après l’explosion qui a éventré les silos de céréales installés près du port de Beyrouth, mardi 4 août.

Le chiffre de la semaine
- 28 %
Avec des précipitations inférieures de 28 % en moyenne aux normales de saison, juillet 2020 devrait être « le mois de juillet le plus sec depuis 1959, loin devant juillet 1964 et juillet 1979 », détaille Météo-France.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui