L'Anjou Agricole 15 novembre 2018 à 17h00 | Par AA

François Beaupère : “ accompagner les mutations de l’agriculture "

François Beaupère, 56 ans, a présidé la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire pendant le dernier mandat. L’agriculteur de La Membrolle-sur-Longuenée se représente comme tête de liste FDSEA-JA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Beaupère.
François Beaupère. - © AA

« Je suis toujours dans l’action. Il y a un tel enjeu d’accompagner les mutations de l’agriculture que l’on n’a pas le droit de rester les mains dans les poches ». François Beaupère, qui préside la Chambre d’agriculture depuis 6 ans,  dit ne
« jamais avoir connu un jour d’ennui ». Il brigue un nouveau mandat pour les élections qui se dérouleront en janvier. Son implication dans les structures agricoles ne date pas d’hier : président des Jeunes agriculteurs d’Angers Ouest, membre de la CDOA* durant une quinzaine d’années, président de l’Adaséa**, autant de responsabilités qui l’ont amené à prendre à bras le corps le dossier de la répartition du foncier. Il est aujourd’hui référent national sur la question à l’APCA***.

 

"Redonner de la valuer ajoutéeaux agriculteurs du territoire"

François Beaupère siège à la Chambre d’agriculture depuis 10 ans, en charge des dossiers aménagement et environnement : « je les porte en défendant toujours avec la même ferveur et la même obstination les intérêts des agriculteurs, et avec le même sens du dialogue avec les collectivités ». Son ambition ? « Redonner de la valeur ajoutée aux agriculteurs du territoire », notamment à travers la diversification et la sécurisation du revenu par la production d’énergies, mais aussi par les Projets alimentaires territoriaux.
Le dossier environnemental prend de plus en plus de place dans les débats : c’est l’accompagnement des agriculteurs aux évolutions de pratiques afin d’amener « davantage de résilience aux exploitations », la diversification des cultures et la sécurisation des systèmes fourragers, ce sont aussi les actions en faveur de la qualité de l’eau et du stokage de l’eau hivernal, la sécurisation de l’approvisionnement en eau des irrigants...  Autre vaste chantier de ces dernières années, la régionalisation des Chambres, désormais effective. François Beaupère la considère avant tout comme « un outil au service d’une politique », qui n’ampute en rien le rôle des élus départementaux :  « la Chambre départementale  reste un maillon essentiel entre le maillon régional et les 5 antennes de proximité, qui ont  un rôle de ressources, de conseil et d’émergence de projets ».


*Commission départementale d’orientation agricole. **Association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles. ***Assemblée permanente des Chambres d’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui