L'Anjou Agricole 19 mars 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Fraude aux Pays-Bas : les éleveurs bretons expriment leur stupéfaction à Phil Hogan

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Franck Mechekour

Les présidents des chambres d’agriculture de Bretagne, Jacques Jaouen (chambre régionale), Danielle Even (Côtes d’Armor), Marcel Denieul (Ille-et-Vilaine) et Laurent Kerlir (Morbihan), ont écrit une lettre ouverte datée du 14 mars à Phil Hogan pour exprimer la « stupéfaction des éleveurs bretons » face à la fraude aux Pays-Bas pour déroger à la directive Nitrates, qui selon l'Idele, permet aux exploitations impliquées d'économiser 10 000 euros. Et ils voudraient comprendre : « Comment l'UE a-t-elle pu accorder une dérogation à l'Etat hollandais sans s'assurer de l'existence de contrôles appropriés et efficaces pour éviter les dérives ? Comment n'a-t-elle pas été alertée et n'a-t-elle pas identifié plus tôt la fraude ? ». Ils soulignent que les éleveurs bretons sont « contrôlés et encadrés » depuis plus de 20 ans vis-à-vis la directive Nitrates. Ils demandent de « diligenter une commission d'enquête pour faire la lumière et identifier les responsabilités » de cette fraude qui « pénalise l'ensemble de la filière laitière européenne ». « Allez-vous reconsidérer les orientations de la première communication de la Commission visant à accorder davantage de subsidiarité sur ces questions dans la prochaine Pac ? », demandent les élus au Commissaire européen. Car pour eux « détricoter la Pac, c’est affaiblir son ambition commune ». « Ne découragez pas la Bretagne et ses agriculteurs bretons », concluent-ils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui