La Creuse Agricole 26 mars 2020 à 07h00 | Par Dr Didier Guérin

Fumiers et lisiers : risques sanitaires

Les fumiers et lisiers constituent des sources potentielles de contamination. La connaissance des risques s’avère un préalable indispensable pour une utilisation raisonnée en matière de prévention sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les effluents d’élevage, dont les fumiers et les lisiers, peuvent constituer des sources importantes de contamination. Il importe donc pour chaque élevage de connaître le niveau potentiel de risques afin d’appliquer les précautions adéquates d’utilisation. Une période d’un mois pour les fumiers ou deux mois pour le lisier est nécessaire pour permettre un assainissement des effluents sauf en cas de problématiques spécifiques (diarrhées néonatales, pathologies à clostridies, paratuberculose).
Les effluents d’élevage, dont les fumiers et les lisiers, peuvent constituer des sources importantes de contamination. Il importe donc pour chaque élevage de connaître le niveau potentiel de risques afin d’appliquer les précautions adéquates d’utilisation. Une période d’un mois pour les fumiers ou deux mois pour le lisier est nécessaire pour permettre un assainissement des effluents sauf en cas de problématiques spécifiques (diarrhées néonatales, pathologies à clostridies, paratuberculose). - © GDS Creuse

De nombreux agents pathogènes responsables de maladies infectieuses ou parasitaires sont présents dans les secrétions ou les déjections animales. Les effluents d’élevage, dont les fumiers ou lisiers, sont concernés par cette situation et demandent donc la mise en place de précautions particulières lors de leur utilisation. Sont présentés ici les principaux risques. Le prochain article indiquera les précautions d’utilisation.

» Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui