L'Anjou Agricole 17 novembre 2020 à 12h00 | Par AA

Gagner du temps avec le monitoring

Le monitoring permet aux éleveurs de gagner un temps précieux. Retour sur cet outil lors d’un webinaire organisé par Réussir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Lors d’un webinaire organisé par Réussir, et présenté par Vincent Motin, rédacteur en chef web, la question du monitoring en élevage laitier a été abordée. Ce webinaire a permis à Colas Sintive, support clients monitoring chez Allflex, Bruno Dalez, vétérinaire membre du réseau Cristal et à Christophe Monnerie, du Bureau technique de promotion laitière, de détailler les intérêts du monitoring pour améliorer la rentabilité de son élevage.


6 capteurs, info en direct
« Il faut toujours maximiser la production par vache, et pour cela, le taux de gestation doit être augmenté », estime Bruno Dalez. Si l’on peut diminuer l’âge au premier vêlage, ou encore diminuer l’IVV, bien détecter les chaleurs est primordial en élevage bovin, et permet d’augmenter sensiblement ses performances de production. « Je recommande un âge au premier vêlage de 22 à 24 mois, et un IVV de 375 à 390 jours », conseille Bruno Dalez. Le monitoring est un outil qui permet de détecter plus facilement ces chaleurs. En boucle ou en collier, cet outil analyse le comportement des vaches, à l’aide de 6 capteurs dans le cas du SenseHub de chez Allflex, et renvoie une multitudes de données à l’éleveur. « Cela peut aussi concerner la santé, ou encore le bien-être animal et la nutrition », complète Christophe Monnerie. à l’heure actuelle, 5 à 10 % des élevages laitiers en sont équipés.


Intérêt économique ?
Pour détecter les chaleurs à la période optimale, l’éleveur doit faire preuve d’une vigilance importante. « Il faut 3 périodes de 20 minutes, par jour, dédiées à l’observation de son troupeau. Avec le monitoring, on peut s’en affranchir », explique Colas Sintive. Cependant, pas question de laisser l’appareil décider à sa place. « Lorsqu’on reçoit l’alerte SMS, il faut aller voir la vache en question, et bien analyser les données. Ensuite, lorsqu’on est sûr, on peut appeler l’inséminateur », témoigne Gwenaël Recoursé, éleveur dans les Côtes-d’Armor. Le monitoring apporte donc un confort à l’éleveur, et une assurance. « Avec le SenseHub, nous sommes capables de détecter 93 % des chaleurs », expose Colas Sintive. En plus d’apporter confort et sérénité, les intervenants estiment que le monitoring est également un investissement rentable. Plusieurs études démontrent des gains moyens de 34 € par vache et par an, et un retour sur investissement au bout de 3 à 4 ans. « Sur un investissement de 10 000 €, qui est environ le coût pour un élevage classique, on estime que le gain sur la reproduction est de 3 000 € par
an », détaille Christophe Monnerie. Sachant que le collier de monitoring a une durée de vie moyenne de 7 ans, et la boucle de 3 ans, peu de risque de perdre de l’argent dans cette opération. « Sur mon élevage, j’ai 50 colliers pour 70 vaches laitières », dévoile Gwenaël Recoursé. à noter que certaines études viennent mettre en balance ces nombreux résultats positifs. Ainsi, selon une étude menée aux Pays-Bas et publiée en 2015, par Steeneveld, les systèmes de détection des chaleurs n’améliorent pas les performances de reproduction. Parmi les raisons invoquées pour s’équiper, la réduction du temps de travail était la plus importante. Ainsi, le bénéfice économique lié à l’équipement en outil de monitoring serait, dans les conditions de cette étude, davantage lié à la réduction du temps de travail plutôt qu’à l’amélioration des critères sanitaires ou de reproduction. Il est donc important de peser le pour et le contre avant d’investir dans un tel outil.
Le monitoring est également utilisable en élevage allaitant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je suis fâché après cette décision sur les maïs qui peuvent être importés d’Ukraine

a déclaré le président de l’AGPM (producteurs de maïs) Daniel Peyraube, le 26 novembre en AG.

Le chiffre de la semaine
100 millions
d'euros. C'est le montant du plan protéines végétales du Gouvernement pour doubler en 10 ans les surfaces de plantes riches en protéines

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui