L'Anjou Agricole 09 mai 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Gagner en qualité et en productivité

Le salon Mécaélevage 2018 aura lieu le 14 juin à La Séguinière. La thématique du fourrage y sera abordée, et c’est sur ce point que nous avons échangé avec Emmanuel Pipard, de l’EARL du Petit bois rouge.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le combiné de fauche acheté par la Cuma La Pouancéenne a permis d’augmenter la qualité des fourrages obtenus.
Le combiné de fauche acheté par la Cuma La Pouancéenne a permis d’augmenter la qualité des fourrages obtenus. - © AA

« Être 100 % autonome en herbe : tel est l’objectif que nous avons mis en place, mon frère et moi », synthétise Emmanuel Pipard, installé au sein de l’EARL du Petit bois rouge, à Pouancé. (...) "Nous ne visons pas l’autonomie protéique. Nous ciblons vraiment l’autonomie fourragère ». (...)

Ce système fourrager a pour conséquence une activité de chantiers d’herbe importante. L’EARL est ainsi adhérente à la Cuma La Pouancéenne (...) La Cuma est autonome en matériel pour tout ce qui relève des chantiers d’herbe : (...) Le groupe de fauche a été acheté en avril 2017, « et dès le lendemain, il était opérationnel dans un champ ». Concernant les caractéristiques techniques, il combine une faucheuse frontale de 3 m et une faucheuse arrière de 6 m. (...)

Le principal avantage du groupe de fauche réside dans l’augmentation du débit de chantier : « avec le groupe, nous réalisons environ 6 ha/h, voire 7 ou 8 ha/h sur certains champs". (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du vendredi 11 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui