L'Anjou Agricole 25 janvier 2018 à 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Gain de production avec le robot repousse-fourrage

Mardi 23 janvier, le Gaec de la Grange, à Sceaux-d’Anjou, accueillait une classe de terminale de Bac pro du lycée de Pouillé pour illustrer l’équipement des exploitations en nouvelles technologies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le robot repousse-fourrage Juno du Gaec de la Grange est le modèle 100, d’1 m de diamètre.
Le robot repousse-fourrage Juno du Gaec de la Grange est le modèle 100, d’1 m de diamètre. - © AA

« Il n’y aura peut-être plus que ces équipements au sein des exploitations agricoles dans les prochaines années », imagine Florian Ménard, étudiant en BTS Acse à l’Esa d’Angers. Il a organisé une rencontre, le 23 janvier, au Gaec de la Grange à Sceaux-d’Anjou, entre une classe de terminale en Bac pro apprentissage du lycée de Pouillé et des professionnels de l’agriculture. « Notre idée était à la fois de mettre en avant les fournisseurs de matériel et d’apporter des éléments de connaissance à de futurs professionnels. C’était aussi une façon de concrétiser ce qu’est l’agriculture de précision  », complète Alexis Leroy, le deuxième étudiant porteur du projet.

Une exploitation robotisée
Jean-Marie Guilleux et Alexandre Huet, du Gaec de la Grange, qui accueillait la visite, ont regroupé leurs troupeaux en 2016. « Nous sommes passés à 105 vaches à la traite : cela a été l’occasion de mettre en place un robot, une solution face à l’astreinte ». Les agriculteurs travaillaient, auparavant, sur 2 sites séparés. Un bâtiment neuf a été construit pour accompagner l’évolution de l’exploitation, et 2 robots Astronaut A4 ont été intégrés à la conception, « un pour 50 vaches ». Les robots favorisent la circulation libre des vaches. « Avec le logiciel de suivi T4C “Time 4 Cows”, on peut constater que sur les dernières 24 heures glissantes, le nombre de traites a été en moyenne de 2,6 », constate Jacky Bellois, responsable commercial au Lely Center du Lion-d’Angers. En plus des robots de traite, le Gaec s’est équipé d’un robot
repousse-fourrage : le Juno. « 40 Juno sont en activité sur notre secteur », constate le commercial. Le robot se déplace en autonomie grâce à un capteur ultrason qui repère les cornadis : « sans fil, il est facile à installer ». Il repousse toujours sur sa gauche. L’action de repousse est effectuée grâce à sa jupe, qui tourne en même temps que le robot avance. « On peut choisir la distance entre le robot et les cornadis pour qu’en fin de journée, le fourrage soit au plus près des vaches. Et cela a un impact direct sur le gaspillage », indique l’éleveur.

Retouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 26 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui