L'Anjou Agricole 19 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

GDS : « Vous êtes le chef d’orchestre de votre troupeau »

Lors de l’assemblée générale du GDS Maine-et-Loire, la vétérinaire Anne Crépeau a dressé un panorama des médecines complémentaires en élevage. Les éleveurs ont tout intérêt à apprendre à se les approprier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Dr Anne Crépeau, vétérinaire au GDS de la Sarthe, est intervenue mardi 17 octobre, à Angers.
Le Dr Anne Crépeau, vétérinaire au GDS de la Sarthe, est intervenue mardi 17 octobre, à Angers. - © AA

Il y a plusieurs motivations possibles pour faire appel aux médecines dites complémentaires en élevage. Trouver des alternatives aux antibiotiques, afin de lutter collectivement contre l’antibiorésistance et de répondre à une demande sociétale, réduire les coûts dans un contexte tendu pour l’élevage...  Le Dr Anne Crépeau, vétérinaire au GDS de la Sarthe, y voit un apport supplémentaire : lorsqu’ils prennent le temps de s’y intéresser, les éleveurs « abordent leur troupeau d’une autre manière, se réapproprient leur métier ».  Ce qui ne signifie pas pour autant laisser de côté l’antibiothérapie, parfois nécessaire en dernier recours, ni la vaccination, « très utile au quotidien dans les cheptels ». (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 20 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.