L'Anjou Agricole 01 septembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate: après les annonces de N. Hulot, le secteur agricole en appelle à l'Elysée

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S.Leitenberger- Réussir

«Nous voulons savoir s'il s'agit de la position de Nicolas Hulot ou celle du gouvernement», a expliqué à Agra presse Samuel Vandaele, secrétaire général des Jeunes agriculteurs, le 31 août. Le ministre de la Transition écologique a avancé lors d'un déplacement à Rennes le 29 août que la France voterait contre le renouvellement de l'autorisation du glyphosate à Bruxelles. Depuis, ni l’Élysée, ni Matignon n'ont réagi. L'AGPB (producteurs de blé), l'AGPM (producteurs de maïs), la CGB (betteraviers) et la Fop (producteurs d'oléoprotéagineux) ont envoyé une lettre ouverte à E. Macron datée du 30 août: «Une position de la France contre la ré-homologation du glyphosate ne peut être justifiée ni sur le fondement des avis scientifiques, ni sur l'orientation agroécologique de l'agriculture».

Contacté par Agra presse, le ministère de l'Agriculture a affirmé que S. Travert ne s'exprimera pas sur le glyphosate avant octobre. Les 5 et 6 octobre, la proposition de la Commission européenne de renouveler l'autorisation du glyphosate doit être soumise au vote des Etats membres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui