L'Anjou Agricole 17 mai 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate: cancérogène «peu probable» via l'alimentation (ONU)

Il est «peu probable» que le glyphosate provoque le cancer à des personnes qui y seraient exposés par l'alimentation, selon un rapport des Nations unies remis le 16 mai, en réponse aux appels à son interdiction.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'étude menée par l'OMS et la FAO s'est, elle, penchée sur les risques spécifiques liés à une exposition par l'ingestion de quantités limitées de glyphosate
L'étude menée par l'OMS et la FAO s'est, elle, penchée sur les risques spécifiques liés à une exposition par l'ingestion de quantités limitées de glyphosate - © AA

Le mois dernier, le parlement européen avait pressé l'Union européenne de renouveler l'autorisation de commercialisation du glyphosate pour sept ans seulement, contre quinze initialement prévus, en raison des inquiétudes quant à son caractère cancérogène. Une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a pourtant conclu qu'il était «peu probable que le glyphosate provoque un risque cancérogène chez les humains qui y seraient exposés par l'alimentation».

 

Le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) de l'OMS, avait déclaré l'inverse en mars 2015. Mais ces deux découvertes ne sont pas contradictoires, selon l'OMS, qui explique que l'étude du CIRC portait sur un risque «probable» pour la santé humaine, notamment en cas de très forte exposition.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui