L'Anjou Agricole 06 septembre 2017 a 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate : la FNSEA demande « une concertation plus étroite » dans le gouvernement

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Xavier Delbecque

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert est revenue, lors de la conférence de presse le 5 septembre au matin, sur la façon dont a été annoncée la position de la France sur le renouvellement de l'homologation du glyphosate, demandant à l'avenir « une concertation plus étroite » entre les membres du gouvernement. « Sur un sujet délicat, il faut qu'il y ait un échange avant expression. Mon petit doigt me dit que Monsieur Hulot a répondu sans échange préalable », estime Christiane Lambert, qui demande « que le ministre de l'Agriculture puisse s'exprimer prochainement ».

Le syndicat est en faveur d'une ré-homologation de la molécule, mais d'une interdiction de certains co-formulants jugés dangereux. A minima, la FNSEA demande « une sortie en douceur ». « Tant qu'il n'y a pas d'alternative, pourquoi l'interdire ? » demande Christiane Lambert. La FNSEA rapporte de nombreux appels d’agriculteurs inquiets, notamment en conservation des sols.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.