L'Anjou Agricole 26 septembre 2017 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate : le gouvernement demande un "plan de sortie" à S. Travert et N. Hulot

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jean-Charles Gutner

Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé aux ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique « de lui présenter, avant la fin de l'année et en fonction des conclusions des Etats généraux de l'alimentation, les conditions d'un plan de sortie du glyphosate, compte tenu de l'état de la recherche et des alternatives disponibles pour les agriculteurs », annonce Matignon dans un communiqué le 25 septembre.

Pour Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, « cette communication décrispe la position ultrafermée qui était de dire "interdiction". Aujourd'hui, Matignon dit "interdiction s'il y a des solutions alternatives et un accompagnement ». A la sortie d'une rencontre avec le ministre Nicolas Hulot le 25 septembre, elle explique: «La FNSEA lui a dit qu'on ne peut sérieusement interdire le glyphosate sans alternatives crédibles aux plans technique et économique.»

Elle a aussi affirmé qu'il est hors de question que, si l'UE disait oui à l'autorisation du glyphosate, la France prenne une position unilatérale visant à dire non.

Plus tard dans la journée, le porte-parole du gouvernement affirmait à l'AFP que le gouvernement «s'engageait à des progrès significatifs» d'ici 2022 pour tous les phytos dont le glyphosate. Autrement dit: que l'UE vote oui ou non à la proposition de la Commission européenne sur le glyphosate, la France a un objectif sur les produits phytos. Christiane Lambert a insisté: «On doit acter comment les choses vont se passer. Comment la France va-t-elle poser ses conditions? Comment les autres pays vont réagir? C'est encore très flou.» Et de conclure : «J'attends de voir la suite des évènements».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui