L'Anjou Agricole 15 février 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate : les industriels jugent son éventuelle interdiction « inappropriée »

Un regroupement de producteurs de produits phytosanitaires a jugé le 13 février "inappropriée" la demande de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal d'interdire la commercialisation de certains herbicides contenant du glyphosate mélangé à des adjuvants à base d'amines grasses de suif (tallow amine).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette plateforme comprend les entreprises Nufarm, Syngenta France, Dow AgroSciences, Adama France, Monsanto, Arysta Lifesciences et Cheminova Agro France.
Cette plateforme comprend les entreprises Nufarm, Syngenta France, Dow AgroSciences, Adama France, Monsanto, Arysta Lifesciences et Cheminova Agro France. - © AA

La veille, Ségolène Royal avait demandé à l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) une " réévaluation immédiate des produits phytosanitaires contenant du glyphosate et des co-formulants de la famille des tallow amine et le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits concernés présentant des risques préoccupants ".

 

" Aucune information nouvelle dans le rapport de l'Anses ne permet de justifier un changement concernant l'autorisation des formulations à base de glyphosate en France ", a jugé cette plateforme. L'étude de l'Anses a conclu, comme l'avait fait en novembre 2015 l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), que " les informations disponibles sur les risques du glyphosate seul ne justifient pas, à ce stade, un classement cancérogène probable ". En revanche, l'Agence française a estimé que " le mélange du glyphosate avec certains co-formulants, notamment des co-formulants de la famille des tallow amines, peut présenter des risques particuliers pour les utilisateurs du grand public ou du monde agricole ".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui