L'Anjou Agricole 25 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate : report du vote sur le renouvellement

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jean-Charles Gutner

Le 24 octobre, la Commission européenne, qui devait initialement proposer un vote en faveur d'un renouvellement pour 10 ans du glyphosate, a finalement décidé de proposer une réautorisation pour 5 à 7 ans. Le même jour, le Parlement européen s'était prononcé pour une sortie dans les cinq ans. Le 25 octobre, les représentants des Etats membres réunis en comité permanent ont confirmé que la proposition à 10 ans n'obtiendrait pas de majorité qualifiée, proposition que la Commission n'a donc pas soumis au vote. La durée de renouvellement proposée en vue du vote sera donc discutée lors d'une prochaine réunion.

Réagissant à ces annonces, la FNSEA a déploré le nouveau report du vote et ces tergiversations préjudiciables aux agriculteurs, et rappelé qu'il était « grand temps que les politiques se fient aux avis scientifiques des agences indépendantes qu'ils ont eux-mêmes installées ». « Nous ne voulons pas que les paysans se retrouvent dans des impasses techniques sous peine de ne pouvoir répondre aux défis de la souveraineté alimentaire et du changement climatique », poursuit l'organisation en demandant davantage de cohérence de la part des pouvoirs publics : « comment comprendre que ceux qui veulent entériner le CETA et des importations de produits avec des règles sanitaires moins strictes, veuillent interdire le glyphosate ? ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui