L'Anjou Agricole 18 avril 2019 à 10h00 | Par AA

GP Watt, un collectif au soleil

En Maine-et-Loire, le groupement d’agriculteurs pour l’achat de panneaux solaires fête ses dix ans d’existence. Sur cette période, il a accompagné la mise en place de 200 centrales photovoltaïques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chantier d’installation d’une centrale photovoltaïque, dans les Mauges.
Chantier d’installation d’une centrale photovoltaïque, dans les Mauges. - © Hacsé

En 2009, 4 exploitants du Chemillois organisent une réunion d’information. à l’ordre du jour, l’installation de centrales photovoltaïques dans les fermes - autrement dit des systèmes composés de panneaux solaires, d’un onduleur et d’un raccordement au réseau électrique. Etienne Sauvage du bureau d’études tourangeau Hacsé, spécialiste de la conception de systèmes photovoltaiques, intervient lors de la rencontre.

« On cherchait à en savoir plus sur une technologie alors aux prémices de son développement, à connaître les rouages des procédures réglementaires... Bref, on voulait se prendre en main avant d’entreprendre une installation très onéreuse : entre 500 000 et 600 000 € les 100 kilowatts crête (kWc) à l’époque, contre 80 000 € aujourd’hui », se souvient François Girard, éleveur laitier à la Tourlandry, l’un des initiateurs de la réunion. A laquelle 60 agriculteurs participent finalement. Parmi eux 50 vont mettre en place une centrale sur leur exploitation, et seront bientôt rejoints par une dizaine d’entrepreneurs du Segréen. Un succès improbable, qui marque la naissance du groupement photovoltaïque de Maine-et-Loire.

« Cela n’aurait pas été possible sans le travail précurseur de la Chambre d’agriculture, qui avait organisé plusieurs journées techniques sur le sujet entre 2007 et 2009 », reconnaît François Girard. Les réunions vont dès lors se multiplier, afin d’aider les porteurs de projets à monter leur dossier administratif, à bien dimensionner leur unité, à choisir les matériels, etc. « On n’envisageait pas de suite, mais ça ne s’est jamais arrêté, essentiellement grâce au bouche-à-oreille », constate François Girard.
Partenaire historique, Hacsé s’occupe de l’ingénierie, du suivi des chantiers et de la réception d’ouvrage. Le groupement contacte pour sa part les fabricants, afin d’acheter en direct les panneaux. Enfin, pour la pose des modules 2 entreprises locales cheminent elles aussi avec le collectif depuis les origines : Préfakit à St-Augustin-des-Bois, et les Ets Leblanc à Chemillé.

Il y a 2 ans, le groupement photovoltaïque s'est mué en SAS GP Watt. Entre 2009 et 2019, il aura accompagné la création de 200 unités photovoltaïques en Maine-et-Loire, totalisant 12 megawatts potentiels - soit l’équivalent d’un parc de 5 éoliennes.

Le collectif entend bien continuer sur sa lancée. « Les agriculteurs de Maine-et-Loire doivent relever un challenge : construire 300 centrales de 100 kWc dans les 3 ans à venir », annonce François Girard. En lien avec le Plan solaire d’EDF, qui prévoit l’installation de 30 gigawatts d’énergie photovoltaïque en France d’ici à 2035.

Et François Girard d’inciter les chefs d’entreprises à déposer au plus vite leur dossier, afin de bloquer le tarif d’achat du courant électrique produit à 11 centimes/kWh, et de disposer d’une unité opérationnelle dans les 2 ans.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je veux dire aux agriculteurs que je suis derrière eux parce que nous sommes un grand pays d’agriculture, et je veux que nous continuions à l’être

a déclaré Emmanuel Macron en réponse aux manifestations de la FNSEA et des JA du 22 octobre

Le chiffre de la semaine
- 4,4 %
Les cours des vaches ont baissé de - 4,4 % depuis l'année dernière.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui