L'Anjou Agricole 24 juin 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Grand Ouest : les éleveurs manifestent leur colère contre des centaines de grandes surfaces

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Jeunes agriculteurs 44 ont mené des actions auprès d'une vingtaine d'établissements.
Les Jeunes agriculteurs 44 ont mené des actions auprès d'une vingtaine d'établissements. - © AA

Malgré l’accord de revalorisation des prix obtenu suite à la table-ronde de la filière bovine le 17 juin, les éleveurs du grand Ouest ont décidé de poursuivre leurs actions tant que la hausse des prix ne sera pas effective. Dans la nuit du 21 au 22 juin, plusieurs centaines de supermarchés de Normandie, Bretagne et Pays de la Loire ont reçu la visite de Jeunes agriculteurs déversant des tonnes de déchets devant les centres commerciaux. David Bourdin, président des JA de la Sarthe, a dénoncé à l’AFP une « situation catastrophique dans le Grand Ouest ». « Ça fait des mois qu’on vend à perte », a-t-il expliqué, citant l’exemple du lait vendu 26 centimes dans le prix de revient s’élève à 34 centimes. Dans un communiqué commun, JA Bretagne, Pays de la Loire, Haute-Normandie et Basse-Normandie ainsi que les FRSEA de Bretagne, Haute et Basse Normandie revendiquent « 700 GMS, laiteries et abattoirs » visités dans la nuit. Les organisations demandent « l’application de la loi Hamon, régulant les pratiques commerciales entre acteurs des filières alimentaires », et « la répartition équitable des marges entre chaque opérateur, ainsi qu’une prise en compte des coûts de production dans le prix payé au producteur ».

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 26 juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui