L'Anjou Agricole 13 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Grandes cultures : la sécheresse entame le potentiel de récolte (Agreste)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Agreste a revu en baisse le 12 septembre son estimation de récolte céréalière à 55,4 Mt (contre 57,4 Mt en août), conséquence de la sécheresse. « La faiblesse des précipitations en juillet et en août a entamé le potentiel de rendement des cultures d’été », selon une note. La récolte de maïs grain atteindrait 12,8 Mt, en baisse de 7 % sur un an et de 19 % par rapport à la moyenne 2011-15. Celle de tournesol, à 1,2 Mt, augmenterait de 3,3 % sur un an mais serait inférieure de 21 % à la moyenne quinquennale. Malgré des surfaces en hausse, les betteraves industrielles seraient stables, à 33,1 Mt, les pommes de terre de conservation et demi-saison chuteraient à 5,2 Mt (-3,7 % sur un an). « Selon les estimations au 1er septembre, la production de céréales atteindrait 55,4 Mt en 2016, soit son plus faible niveau depuis 2003 », année de canicule, souligne Agreste. La production de blé tendre s’établirait à 28,2 Mt (-31 % par rapport au record de 2015, -24 % comparé à 2011-15). En orge, elle atteindrait 10,1 Mt (respectivement -22 % et -8 %). La récolte de colza descendrait à 4,7 Mt (-12 % sur un an) et celle des protéagineux à 0,7 Mt (-24 %). Quant au blé dur, il afficherait 1,5 Mt (-19 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui