L'Anjou Agricole 04 janvier 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Grippe aviaire H5N8 : un cas confirmé dans un élevage des Deux-Sèvres

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Pascal Le Douarin

Le 2 janvier, un foyer de grippe H5N8 a été confirmé dans les Deux-Sèvres, à La Chapelle Baton dans une exploitation de 4 650 dindons, rapporte le ministère de l'Agriculture sur son site internet. Le 31 décembre, un foyer avait été confirmé dans le même département, à Fors dans une basse-cour de 21 poules. C'est le premier cas de H5N8 en élevage professionnel dans le département, mitoyen des Pays-de-la-Loire, qui est historiquement la deuxième région avicole de France. Les cas en élevage étaient jusqu'ici situés dans le Sud Ouest.

Depuis une semaine, la France est le pays de l'UE le plus touché par le virus, qui touche l'Europe depuis début novembre : 23 foyers en élevage depuis le 26 décembre, contre 10 en Pologne et 6 en Allemagne. La France a imposé le confinement des volailles depuis le 6 décembre, en relevant le risque lié à la grippe aviaire à « élevé ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.