L'Anjou Agricole 14 janvier 2016 a 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Guy Vasseur (APCA) veut « enrayer » les ventes de contrats laitiers

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Guy Vasseur, président de l'APCA.
Guy Vasseur, président de l'APCA. - © AA

Guy Vasseur, président de l’'Assemblée permanente des chambres d’'agriculture (APCA) a dénoncé, le 13 janvier, le phénomène de vente de contrats laitiers et ses conséquences potentielles sur l'’économie française et l'’aménagement du territoire. « Ca va être le déménagement des territoires ! » a-t-il alerté.

Alors que les anciens quotas laitiers, gérés administrativement, étaient liés aux territoires, la vente de contrats, constatée notamment sur des sites grand public de vente en ligne, met un terme à ce lien territorial, estime le président de l’'APCA. Avec la vente des contrats et la spéculation qui en découle, les industries laitières pourraient délocaliser leur production.

De plus, la nécessité de racheter un contrat constituerait un obstacle majeur à l'’installation des jeunes, a-t-il prévenu. « Il faut enrayer cela ! ». Dans cette optique, l’'APCA travaille à l'’identification de solutions, au travers de différents scénarios de prospective pour le secteur laitier (avant de proposer, courant 2016, ce même type de scénarios pour les autres secteurs de production), qu’elle s'’engage à présenter « rapidement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.