L'Anjou Agricole 02 août 2018 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Histoire : “être un paysan angevin” se décline au fil du siècle

A l’occasion des commémorations du centenaire de la 1ère guerre mondiale, la Draaf a publié une étude* retraçant l’évolution de l’agriculture ligérienne depuis ce conflit majeur

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Scène de labour à La Séguinière, au début du XXème siècle.
Scène de labour à La Séguinière, au début du XXème siècle. - © Archives départementales de Maine-et-Loire, 19 Fi

Le paysage agricole a considérablement évolué tout au long du XXème siècle, notamment suite aux impulsions données par les politiques nationales après la 2nde guerre mondiale. Les exploitations diminuent en nombre, tout en s’agrandissant. En 1929, 256 000 fermes sont rencensées en Pays-de-la-Loire, contre seulement 30 000 en 2016. Dans le même temps, la SAU moyenne passe de
8,6 ha à 61,2 ha. à l’échelle de la région, la surface agricole utilisée a chuté de 20 %.

En 1929, la SAU moyenne d’une exploitation du Maine-et-Loire était de 8,8 ha, dont 6,8 ha de terres labourables. Les céréales s’étendaient sur 3,5 ha (2,42 ha de blé tendre, 43 ares d’avoine, 17 ares d’orge et 1 are de maïs). 1/2 ha était occupé par la vigne. Concernant le cheptel, les bovins étaient environ au nombre de 6 (dont 2 à 3 vaches). La ferme comptait aussi une vingtaine d’animaux de basse-cour (volailles et lapins), 1 à 2 cochons, 1 à 2 équidés (ânes et chevaux), et plus rarement un mouton et une chèvre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui