L'Anjou Agricole 10 janvier 2019 à 16h00 | Par AA

Horticulture : des plantes couvre-sol comme alternatives aux herbicides

L’Astredhor tiendra, pour la première fois, “Les rencontres techniques de l’Astredhor” au Sival où le directeur technique, Alain Ferre, présentera le projet PlacoHB sur l’enherbement des surfaces pour lutter contre les adventices sans utilisation de pesticides.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet PlacoHB sur l’enherbement des surfaces pour lutter contre les adventices sans utilisation de pesticides.
Le projet PlacoHB sur l’enherbement des surfaces pour lutter contre les adventices sans utilisation de pesticides. - © AA

La station d’expérimentation de l’Astredhor d’Angers fait partie d’un groupe de stations réparties sur toute la France afin d’avoir des climats différents lors des recherches lancées. Chaque station a ses spécialités, en terres angevines ce sera plutôt l’entomologie agricole (insectes ravageurs et auxiliaires), les alternatives aux herbicides, les plantes de service et les plantes couvre-sol.


L’objectif

Le but de la station expérimentale angevine est de trouver des alternatives aux pesticides, insecticides, fongicides, herbicides et régulateurs de croissance. « Lorsque l’on veut qu’une plante croisse vite mais avec un temps de culture réduit, on utilise de l’engrais, de l’eau et un bon terreau, mais en contrepartie il y a une taille et une qualité commerciale à atteindre et cela se fait essentiellement chimiquement, précise Tom Hebbinckuys, chargé d’expérimentation. Nous allons donc chercher des alternatives à cela comme l’éclairage Led ou bien l’induction du stress à une plante en la caressant de manière régulière avec un appareil, ce qui va réduire la pousse apicale et développer les ramifications. Ainsi nous aurons des plantes peu développées en hauteur mais étoffées sans les avoir traitées chimiquement ».

PlacoHB


L’Astredhor travaille activement sur les plantes couvre-sol utilisées comme alternative aux herbicides et pour réduire une main-d’œuvre coûteuse en tontes régulières. Le but des recherches est de trouver une plante capable de rapidement coloniser le sol, de rester petite pour éviter l’entretien et d’être suffisamment concurrentielle vis-à-vis des adventices. Il faut aussi que cette plante ne soit pas trop gourmande en eau (sinon cela mobilise de la main-d’œuvre) et s’adapte aux conditions sèches et humides, surtout aux abords des parcelles qui sont arrosées, qu’elle ne soit pas trop concurrentielle vis-à-vis de la culture car elle ne doit pas réduire son rendement mais elle doit tout de même être vigoureuse pour empêcher les autres de se développer.

Nadège Belange

*Institut technique de l’horticulture.



Conférence

Dans le cadre des Rencontres techniques d’Astredhor, mardi 15 janvier, salle Aubance, conférence de 11 h à 12 h sur le projet Placohb.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Dans un contexte de perte de pouvoir du marché par les éleveurs, les CRP Bretagne, Pays-de-la-Loire et l’Union Normande des Groupements Porcs ont pris la décision de définir et porter conjointement un plan stratégique pour les éleveurs de porcs.

ont déclaré les organisations du Grand Ouest, dans un communiqué commun du 11 mars.

Le chiffre de la semaine
934
C'est le nombre de fermes biologiques ou en conversion dans le Maine-et-Loire, selon Sylvie Fradin-Rabouin, présidente du Gabb Anjou

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui