L'Anjou Agricole 23 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Idéalisé parmi les meilleures

Plusieurs vaches normandes du Maine-et-Loire en concours à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Pierre Cassin (EARL du Mesnil) et son fils Pierre présentent la vache Idéalisé, en cours de 2ème lactation. Le concours normand aura lieu dimanche 26 février.
Jean-Pierre Cassin (EARL du Mesnil) et son fils Pierre présentent la vache Idéalisé, en cours de 2ème lactation. Le concours normand aura lieu dimanche 26 février. - © AA

Elle avait été tondue, shampouinée, ne restait plus que la mamelle à tondre. Idéalisé était quasi prête, mercredi, à quitter son élevage de Bégrolles-en-Mauges pour participer, avec plusieurs autres vaches normandes de Maine-et-Loire, au Concours général agricole du Sia. Cette femelle avait remporté le prix de meilleure mamelle jeune en 2015 à Festi’élevage.
Haute et longue à la fois, « elle impressionne par son squelette, souligne l’éleveur Jean-Pierre Cassin. Et malgré ses 1,58 m de hauteur, elle est très harmonieuse, avec de bons aplombs ». Les performances de production sont également à la hauteur : 8 926 kg de lait standard pour la première lactation avec des taux de 49,5 en TB et 38,5 en TP. Aujourd’hui en deuxième lactation, elle confirme ses performances en matière de production et de taux. Une vache qui « apporte de la valeur ajoutée », grâce, aussi, à un « très bon indice de consommation ».
Jean-Pierre Cassin est particulièrement fier de faire participer au concours parisien cette vache qui est « la douzième génération » de l’élevage de normandes commencé par son père, il y a 40 ans.

S.H.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 février 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui