L'Anjou Agricole 23 mai 2019 à 13h00 | Par AA

Ils ont converti en bio leur atelier porc

Le Gaec du Druillay, à La Cornuaille (49) a passé son élevage porcin en bio. Pour répondre à une demande croissante de consommateurs, pour une plus grande cohérence avec la partie laitière, en conversion AB, et pour acquérir une meilleure stabilité financière. Visite en images de l'exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© AA

Le Gaec du Druillay, à La Cornuaille (Val-d’Erdre-Auxence) compte deux productions animales, le lait et le porc (en naisseur-engraisseur). Les associés, qui ont tous passé la cinquantaine, ont décidé il y a peu de temps de convertir les terres et le lait en bio (premières livraisons, le 15 mai dernier). Un passage qui s’est fait aisément, « car on ne modifiait pas le système », explique Laurent Lelore. La conversion de l’atelier porc, elle, a demandé un peu plus de réflexion car elle impliquait « un changement dans les pratiques » et une adaptation des bâtiments.

 

Dimanche 2 juin  : Rando ferme à La Cornuaille et Angrie

Départs de 8 h 30 à 10 h du Gaec du Druillay, La Cornuaille. Passage par l’exploitation de Pascal et Peggy Tourneux à Angrie (vaches allaitantes et volailles). Zoom sur la biodiversité des landes d’Angrie. Dégustation de produits locaux et verre de l’amitié à l’arrivée. Renseignements au 06 19 81 03 57. Tarif : 2 euros par adulte. Gratuit pour les enfants. Organisée par la FDSEA 49, la FDSEA Angrie et l’Association footing loisirs de La Cornuaille.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui