L'Anjou Agricole 18 juillet 2017 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Impacts des pratiques agricoles sur la vie du sol

En agriculture, le sol assure la fonction de production et d’un point de vue environnemental, celle de régulation et d’épuration de l’eau et de l’air. Mais c’est également un réservoir génétique important.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organismes vivants, comme les lombrics, ont besoin d’un milieu avec une porosité suffisante où l’air et l’eau circulent facilement.
Les organismes vivants, comme les lombrics, ont besoin d’un milieu avec une porosité suffisante où l’air et l’eau circulent facilement. - © Xavier Delbecque

Pour améliorer la fertilité des sols, c’est bien la vie du sol qui doit être l’objectif principal. Se pose alors la question de quelles pratiques adopter pour maintenir voire optimiser le fonctionnement des organismes vivants dans le sol.

Le « gîte » : préserver l’habitat
Il est effectivement primordial de tout mettre en œuvre pour préserver l’habitat de cette biodiversité. Les organismes vivants ont besoin d’un milieu avec une porosité suffisante où l’air et l’eau circulent facilement. Il va donc falloir tout mettre en œuvre en termes de pratiques pour éviter les tassements de sol que ce soit en surface ou en profondeur. (...) Le nombre d’organismes vivants est très important dans le sol. Pour qu’ils soient actifs et se développent, il faut donc les nourrir ; c'est le "couvert". (...)

Après le dossier "Implantation de prairies" publié dans l'Anjou Agricole du 14 juillet, retrouvez l'ensemble de ce focus "Travail du sol", dans l'Anjou Agricole du 21 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.