L'Anjou Agricole 09 mai 2017 a 10h00 | Par L'Anjou Agricole

In Vivo Retail en négociation pour racheter 90 magasins Gamm Vert

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Michel Girardeau

Dans un communiqué du 5 mai, In Vivo Retail a annoncé être en négociation exclusive avec Axéréal et Terrena au sujet du rachat de 90 magasins Gamm Vert, « actuellement exploités séparément en franchise par Agralys Distribution (groupe Axéréal) et Terrena Grand Public ». 34 Gamm vert village, 49 Gamm vert et 7 Gamm vert nature, essentiellement localisés dans l’ouest et le centre de la France, passeraient alors en succursale sous l’égide d’InVivo Retail.

Pour Axéréal et Terrena, cette vente permettrait de «pérenniser et de donner de nouvelles perspectives aux magasins Gamm vert implantés sur leurs territoires et de se concentrer sur leurs cœurs de métiers respectifs et le renforcement de leurs services aux adhérents». Le projet d’acquisition est soumis au processus d’information et de consultation des instances représentatives du personnel des entités concernées ainsi qu’à l'accord de l'Autorité de la concurrence.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.