L'Anjou Agricole 10 mai 2016 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Influenza aviaire : les prestataires avicoles renforcent les mesures sanitaires

Les prestataires de services en aviculture sont concernés à plusieurs titres par l’influenza aviaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Joël Banbuck, référent avicole des EDT et Marie-Christine Lemaitre, présidente des EDT Pays-de-la-Loire, devant le nouveau poster sur le ramassage des volailles réalisé à l’attention de tous les acteurs de la filière.
Joël Banbuck, référent avicole des EDT et Marie-Christine Lemaitre, présidente des EDT Pays-de-la-Loire, devant le nouveau poster sur le ramassage des volailles réalisé à l’attention de tous les acteurs de la filière. - © AA

L'influenza aviaire impacte fortement la cinquantaine de prestataires avicoles que compte la région des Pays-de-la-Loire. D’abord par une baisse d’activité : « les entreprises gardent leurs permanents, mais on ne signe plus aucun CDD depuis décembre », résume Joël Banbuck, référent avicole des EDT Pays-de-la-Loire.

Autre conséquence, cette crise sanitaire amène les prestataires à renforcer les pratiques déjà en vigueur dans les entreprises. L’arrêté du 8 février 2016, sur les mesures de biosécurité pour tous les détenteurs de volailles, et applicable au 1er juillet prochain, oblige « à être de plus en plus vigilants », a souligné Marie-Christine Lemaitre, présidente régionale des EDT, lors d’une réunion qui a rassemblé plusieurs professionnels, mardi 10 mai à Angers.

« Les entreprises doivent s’engager par rapport aux tenues, au lavage des bottes, à l’hygiène des véhicules..., complète Joël Banbuck. Cette période de moindre activité est mise à profit pour renforcer la formation de nos salariés. C’est aussi l’opportunité de faire valoir notre professionalisme auprès de nos clients ».

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 13 mai 2016.

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui