L'Anjou Agricole 05 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Influenza aviaire: «Un changement de paysage depuis quelques années»

Quel est l'évolution de l'influenza aviaire dans le monde ? Les épidémies vont-elles continuer à se propager ou au contraire diminuer ? Quelques éléments de réponse avec Jean-Luc Guérin, responsable de la chaire de biosécurité aviaire à l'école vétérinaire de Toulouse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Luc Guérin, enseignant-chercheur à Toulouse
Jean-Luc Guérin, enseignant-chercheur à Toulouse - © Pascal Le Douarin

« Depuis quelques années au niveau mondial, nous sommes dans un changement de paysage, nous observons une augmentation de l'importance et de la gravité des épisodes d'influenza aviaire, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie », explique Jean-Luc Guérin, responsable de la chaire de biosécurité aviaire à l'école vétérinaire de Toulouse. « Nous sommes surement dans un changement de paradigme, l'influenza aviaire étant considérée il y a longtemps comme une maladie exotique ». Le chercheur n'explique pas cette augmentation. Cependant selon lui, elle ne peut pas s'expliquer uniquement par l'augmentation de la production. « Nous risquons d'avoir une exposition de plus en plus forte à l'influenza », estime-t-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui