L'Anjou Agricole 12 février 2015 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Intercéréales lance une nouvelle classification du blé tendre

Un accord au sein de l'interprofession céréalière est intervenu le 4 février dernier sur une nouvelle classification du blé tendre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Progresser sur les différents critères qualités est une nécessité pour répondre aux exigences de l'ensemble des marchés, tant en France qu'à l'étranger », déclare Philippe Pinta, président d'Intercéréales.
« Progresser sur les différents critères qualités est une nécessité pour répondre aux exigences de l'ensemble des marchés, tant en France qu'à l'étranger », déclare Philippe Pinta, président d'Intercéréales. - © AA

« Les quatre classes définies, qui correspondent aux besoins du marché, visent à donner plus de visibilité sur la qualité de la production française », explique la directrice adjointe Solenn Le Boudec. D'application volontaire à partir du 1er juillet 2015, l'accord s'inscrit dans le plan protéines de la filière et une stratégie à l'horizon 2025, précise un communiqué 9 février.

Le blé tendre est réparti en quatre classes :

- premium ou A1 (minimum : taux de protéine de 11,5 %, force boulangère de 170 joules/g, poids spécifique de 77 kg/hl, indice de Hagberg de 240 s),

- supérieur ou A2 (minimum : taux de protéine de 11 %, poids spécifique de 76 kg/hl, indice de Hagberg de 220 s),

- medium ou A3 (minimum : taux de protéine de 10,5 %, indice de Hagberg de 170 s),

- access ou A4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui