L'Anjou Agricole 26 mars 2020 à 15h00 | Par AA

Interdiction des marchés : des dérogations possibles

Les communes peuvent demander des dérogations à l’interdiction des marchés de plein air en vigueur depuis le 24 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marché de plein air en Anjou, mercredi 25 mars.
Marché de plein air en Anjou, mercredi 25 mars. - © AA

Afin de déterminer l’opportunité de déroger à l’interdiction des marchés ouverts, décidé cette semaine par le Gouvernement, René Bibal, préfet de Maine-et-Loire, demande aux maires des communes qui souhaitent le maintien de leur marché de lui faire connaître les besoins et les conditions sanitaires précises dans lesquelles ces marchés pourraient être autorisés.
Pour les communes rurales
Dans un courrier adressé le 24 mars aux maires de Maine-et-Loire, le Préfet précise : « les maires des  communes urbaines ou en conurbation qui disposent d’un réseau suffisant de commerces alimentaires et de grandes surfaces achalandées ne pourront plus autoriser la mise en place de marchés ouverts... (...). Pour les communes rurales qui sont éloignées des circuits de distribution, et qui sont peu dotées en commerces alimentaires, la dérogation que je pourrai être amené à signer répondra à une  demande qu’adressera le maire à l’adresse pref-covid19@maine-et-loire.gouv.fr ». La demande devra préciser « les conditions dans lesquelles le marché est organisé et les mesures prises pour que les gestes et mesures barrière puissent être impérieusement respectées ».


La profession agricole mobilisée
Pour soutenir les producteurs fortement impactés, la FDSEA  de Maine-et-Loire incite les communes à maintenir les marchés alimentaires, considérant « qu’il faut que les producteurs continuent à vendre sur les marchés ou qu’ils puissent écouler leurs marchandises sur d’autres voies ». Le président de la Chambre d’agriculture, François Beaupère, a adressé un courrier à l’association des maires pour les sensibiliser à la question.

Un guide des bonnes pratiques
Dans un communiqué, la FNSEA, JA, et Chambres d’agriculture France, rappellent « l’importance de maintenir des marchés dans nos communes sur l’ensemble du territoire ».

Pour aider les professionnels et les élus à prendre leur décision, la Fédération nationale des Marchés de France a diffusé, dès lundi soir, un Guide des bonnes pratiques dans la lutte contre la propagation du covid-19 pour les Marchés alimentaires ouverts (de plein air). Le guide des bonnes pratiques a été envoyé dans tous les départements pour qu’il « puisse être présenté aux maires ».

S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pas de pénurie : #OnVousNourrit ! Chaque jour ce sont plus de 448 500 agriculteurs et agricultrices qui produisent des produits de qualité pour vous nourrir, comme Valentin, Olivier, Anthony, Julien, Jérémie et bien d’autres sur nos exploitations! #CeuxQuiFont @JeunesAgri

@JeunesAgri49

Le chiffre de la semaine
50 millions
Pour faire face à la crise sanitaire actuelle, le Conseil régional des Pays de la Loire mobilise 50 millions d’euros. Toutes les entreprises sont concernées, même les exploitations agricoles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui