L'Anjou Agricole 16 juin 2017 a 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Interdiction des phytos sur les SIE : un vote dissuasif et de défiance, selon les producteurs

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © N. Ouvrard

En ne s’opposant pas au projet de règlement qui interdit les phytos sur les surfaces d’intérêt écologique (SIE), les eurodéputés ont exprimé une « défiance » à l’égard des agriculteurs, selon l’AGPB, l’AGPM et la CGB. « Ce règlement exprime une nouvelle fois une défiance vis-à-vis des producteurs et un mépris de toute réalité économique », affirment les organisations dans un communiqué le 15 juin. Jusqu’à 5 % des surfaces arables en Europe seront mises en jachère, d’après elles. « La production agricole s’en trouvera ainsi réduite, alors que la concurrence internationale et la fin des quotas sucriers imposent que les agriculteurs européens produisent plus pour obtenir un revenu de leur travail et rester compétitifs à l’exportation ».

Autre grief, la remise en cause du principe selon lequel « le verdissement ne devait pas conduire à un accroissement des contraintes pour les producteurs ni à une réduction de la production ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.