L'Anjou Agricole 03 juin 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Interfel : la santé publique n’est pas un jeu

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les professionnels de la filière fruits et légumes frais et des pommes de terre « réprouvent » les modes d’actions employés par Greenpeace. En effet, celle-ci a organisé un jeu concours sur son site web intitulé « une course 0 pesticides » entre les six grandes enseignes de la distribution. Cette nouvelle campagne vise à éliminer les pesticides dans la production de pommes et de pommes de terre, un choix justifié parce qu’ils sont le fruit et le légume les plus produits et les plus consommés en France. « Le principe d’organiser un jeu concours sur des questions de santé publique et d’environnement n’est pas raisonnable. L’objectif de Greenpeace consiste avant tout, à faire un coup de communication sans expliquer de manière étayée la réalité des pratiques agricoles et l’usage raisonnée des produits phytosanitaires », notent Interfel et le CNIPT dans un communiqué. Et ce d’autant plus que les études mondiales présentées par Greenpeace portent essentiellement sur des analyses de produits provenant de pays qui n’appliquent pas les normes de l’Union européenne et de la France en particulier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui