L'Anjou Agricole 07 février 2018 à 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Intermarché lance la brique de lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! » à 0,88€/l

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © LAA

Intermarché a annoncé, le 6 février, le lancement de la brique de lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! », vendu à 0,88€/l au consommateur avec un retour de 0,44€/l au producteur. Dans un communiqué, Intermarché a expliqué que cette rémunération reviendra aux 136 producteurs, membres de l’organisation de producteurs (OP) de la laiterie Saint-Père (Loire Atlantique), une laiterie appartenant à Agromousquetaires, le pôle industrie agroalimentaire d'Intermarché. Le contrat établi avec les éleveurs se base sur une durée de cinq ans. Cette démarche vient en concurrence directe avec la démarche « C’est qui le patron ? » déployé par Nicolas Chabanne et promue par Emmanuel Macron durant les États généraux de l’alimentation, dont le lait est vendu 0,99€/l au consommateur avec un retour de 0,39€/l au producteur. Le lait « Les éleveurs vous disent Merci ! » est présent dans les rayons d’Intermarché depuis le 3 février, selon le groupe. « Grâce au travail en circuit court d’Agromousquetaires, la maîtrise de l’outil industriel permet de dégager une valeur maximale pour le monde agricole. Une organisation unique dans la grande distribution française. », a souligné Intermarché. D’autres produits comme le beurre et la crème devrait bientôt arriver dans les magasins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui