L'Anjou Agricole 28 juillet 2020 à 12h00 | Par AA

Irrigation : en attendant la pluie

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

A voir les derniers arrêtés étiages, le mois de juillet a largement contribué à tendre la situation pour les exploitations irriguant du maïs. Certaines parties du département sont déjà en surveillance accrue, et les bons développements des cultures de printemps pourraient se retrouver impactés par la sécheresse. Cyril Marceau et son frère sont en Gaec à Saint-Germain-des-Près, et ont 34 ha en maïs sur leurs 300 ha. Pour cette culture, de variété Palmer, 2 parcelles sont irriguées. « Les terres sont sableuses, et l’une des deux est forte. Elles ne sont pas faciles à travailler », témoigne Cyril Marceau. Au milieu de ces parcelles, une boire d’une capacité de 10 000 m3 a permis d’installer l’irrigation dès 2004. Cependant, ce n’est pas évident de tirer le maximum de cette réserve d’eau : « l’eau part très vite, nous sommes proches de la Loire. Au final, l’année dernière nous n’avons pu utiliser que 500 m3 d’eau ». Lorsque le niveau de la Loire est inférieur à 2 m, cela devient compliqué pour les exploitants. « Nous en sommes au 2ème passage d’arrosage. Pour l’instant, le maïs se porte bien, mais en ce moment les niveaux descendent et c’est inquiétant », déplore Cyril Marceau. Il y a 3 semaines, il a plu 5 mm sur l’exploitation. Depuis ? Plus rien. « Ils ne prévoient pas de pluie dans les 10 prochains jours. Le maïs va  sûrement en prendre un coup. On attend la pluie avec impatience », espère Cyril Marceau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Aux pays des 1 000 fromages, il y a 1 000 modèles !

a expliqué Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, sur France Inter dans l’émission “L’Eco de l’été” samedi 25 juillet, sur le fait que l’agroécologie devienne le modèle de demain.

Le chiffre de la semaine
+ 15 %
En France, les importations de fruits frais ont atteint 464 000 tonnes (tous produits confondus), soit une hausse de 15 % par rapport à mai 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui