L'Anjou Agricole 11 juillet 2019 à 14h00 | Par Romain Devaux

Irrigation : la situation se dégrade

Des mesures d’urgence ont été prises sur le bassin de l’Authion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La baisse des débits des cours d’eau s’est accentuée cette semaine, et risque de se dégrader de nouveau dans les jours qui viennent au vu de la météo annoncée. Le débit de la Loire affiche des niveaux exceptionnellement bas pour un mois de juillet.

Restriction horaire
La Chambre d’agriculture, en tant qu’organisme unique de gestion collective sur le bassin de l’Authion, et en concertation avec l’Entente Authion et les représentants des irrigants, a engagé des mesures de restriction sur le système réalimenté hors Lathan. Il s’agit d’arrêter les prélèvements pour l’irrigation de 10 h à 20 h à partir du jeudi 11 juillet et jusqu’à nouvel ordre. Les cultures sous-abri, en pots, goutte-à-goutte, bassinage des semis et jeunes plants ne sont pas concernés. Les prélèvements à partir du Lathan, dans les puits, forages et réserves collinaires ne sont pas concernés non plus. Cette décision fait suite au constat d’une baisse de niveau dans de nombreux biefs, et de difficultés de pompages pour certains irrigants.

Un nouvel arrêté étiage départemental, définissant les restrictions sur les différents bassins, devrait paraître aujourd’hui vendredi. Il est consultable sur le site de la préfecture. Un bulletin
Inf’Eau 49 comportant des conseils techniques et renseignements réglementaires est également mis à jour chaque semaine sur le site https://pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr.
Marie rullie

- © AA

Témoignage de Christophe Raveau, producteur de semences de maïs (60 ha) à Saint-Mathurin-sur-Loire, secrétaire du SPSM 49.


« On a démarré l’irrigation il y a 15 jours. Les 2/3 de notre parcellaire sont sur nappes alluviales. Comme l’hiver a été plutôt sec, et que les 50 mm de pluies de début juin ont déjà été absorbées par l’évapotranspiration, nos 3 puits commencent à décrocher. Pour l’heure, on se contente d’arroser sur 50 m à 4 kg de pression. D’habitude, c’est une situation à laquelle on n’est jamais confronté avant la fin de campagne. Même en 2017, les restrictions n’étaient tombées que début août. Le problème, c’est qu’on est à un moment crucial pour les semences, qui font leurs racines. Mais impossible de respecter les préconisations : 25 mm tous les 5 jours en terres douces (moins de 30 % d’argile), et 30 mm tous les 7 jours en terres fortes (plus de 30 % d’argile), où on perd le couteau tellement les crevasses sont béantes. Elles ne se refermeront plus de l’été, terminé. Évidemment, on est inquiet, mais on s’adaptera aux mesures préfectorales, comme toujours. La ressource en eau est l’affaire de tous : sachons l’utiliser et la partager au mieux pour passer cette saison le plus sereinement possible. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui