L'Anjou Agricole 22 avril 2020 à 10h00 | Par AA

Irriguer, une sécurité

Depuis 1 mois, l’eau est une denrée rare, et la pluie est arrivée à point nommé. Certains agriculteurs ont commencé à irriguer leurs cultures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michaël Hubert irrigue son millet afin de faciliter la levée.
Michaël Hubert irrigue son millet afin de faciliter la levée. - © AA

« Quand on irrigue, c’est notre gagne-pain qui est en jeu. On ne le fait pas par plaisir, cela nous permet de sécuriser notre production », confie Michaël Hubert, agriculteur à Mazé.


Des terrains secs
Sur son exploitation de 50 ha, qu’il conduit seul, l’ensemble du parcellaire est irrigable.
L’irrigation a débuté la semaine dernière sur le millet, afin de faciliter la levée. « La semaine dernière, sur certaines parcelles, il est tombé 14 mm. Mais sur d’autres, seulement 2 mm ». Avec la chaleur et le vent, tout a séché rapidement. L’agriculteur passe en moyenne 15 mm sur les semis pour faciliter la levée, et une vingtaine de mm sur les betteraves en feuilles. Les terres n’ont pas été aidées par la météo hivernale. Le labour n’a pu être que tardif, et l’agriculteur déplore un terrain dur, « avec de grosses mottes ». Il envisage de passer un second coup de herse rotative avant les semis de maïs, afin d’affiner le sol.


Le blé a souffert
Son blé, Patrice Barré, céréalier à Andard, l’a irrigué afin de faciliter l’assimilation de l’azote.
« Le blé était au stade deux nœuds, le bon moment pour l’azote. Mais sans eau, j’aurai fertilisé pour rien », témoigne-t-il. Une difficulté qu’a expérimentée Michaël Hubert. Son passage d’azote a eu des effets hétérogènes. « Les parcelles sur lesquelles il est tombé 14 mm ont bien réagi, mais là où il n’y a eu que 2 mm c’est plus compliqué ». Le blé, qui a souffert des trombes d’eau qui sont tombées durant l’hiver, souffre maintenant de la sécheresse. Sur certaines parcelles, la culture se présente bien, mais ce n’est pas le cas partout. Ce qui conduit Michaël Hubert à se demander s’il doit l’irriguer. « Engager des coûts supplémentaires, sur une culture qui ne dégagera pas une marge énorme, ce n’est pas forcément un bon calcul. Je préfère garder mon eau pour mes cultures à haute valeur ajoutée », explique-t-il.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 24 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui