L'Anjou Agricole 16 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

JA 49 rencontre le responsable restauration du CHU d'Angers

La restauration collective est un débouché important pour l'agriculture, notamment les centres hospitaliers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les Jeunes agriculteurs de Maine-et-Loire ont rencontré le responsable approvisionnement du CHU d'Angers, Pierre Madiot, pour comprendre les besoins et les contraintes de ce type de restauration collective. Cette rencontre s'est faite conjointement avec Virginie Boureau, responsable réseau local à la Chambre d'agriculture du département.
Deux CHU sont responsables des achats alimentaires au niveau national, le CHU d'Angers
pour les surgelés et les produits laitiers et de celui de Tours pour l'épicerie et la viande fraîche.
Leurs critères de choix sont la qualité du produit (goût et hygiène) mais aussi évidemment le prix. En effet, les CHU ont un budget "coût matière" de 4EUR/jour/personne pour tous les repas de la journée. La monoportion est également une contrainte importante. Les fromages, par exemple, doivent être livrés prédécoupés et emballés individuellement ou en barquette. Autre exemple, les cuisses de poulet doivent être suffisamment conséquentes pour qu'à la cuisson le plat respecte les besoins nutritionnels du patient mais également que la cuisse entre dans la barquette en termes de calibre. Toutes ses contraintes réduisent le nombre de fournisseurs pouvant répondre à l'appel d'offre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui