L'Anjou Agricole 20 septembre 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Journée du patrimoine : le ministère a accueilli près de 8 000 visiteurs

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Entrée et bâtiment du ministère de l'Agriculture français à Paris, rue de Varennes.
Entrée et bâtiment du ministère de l'Agriculture français à Paris, rue de Varennes. - © B. Compagnon

« Accueillis par le ministre en personne, près de 8 000 visiteurs, dont 1 200 enfants ont franchi les portes du ministère de l'Agriculture, samedi 17 et dimanche 18 septembre, pour un parcours à la fois agro-écologique, gastronomique et culturel à l'occasion des 33èmes Journées européennes du patrimoine », annonce un communiqué de presse du ministère du 19 septembre. Poulailler, chiens de bergers, oies, moutons, hôtel à abeilles, ruches, les animations en lien avec l’élevage étaient nombreuses. Les visiteurs pouvaient aussi « participer à l'atelier d'observation des vers de terre, tout apprendre des légumes et plantes aromatiques du potager bio et des gestes simples pour jardiner 100 % naturel », selon le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.