L'Anjou Agricole 14 avril 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Journée Redcap : l'autonomie alimentaire, de l'objectif à la concrétisation

Jeudi 13 avril, la journée de printemps des éleveurs et des techniciens Redcap s'est déroulée à Blou (49), avec comme sujet principal l'autonomie alimentaire et la valorisation des prairies dans l'élevage caprin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Ruau (à droite) explique son assolement, devant un mélange tritical-pois fourrager semé en automne.
Laurent Ruau (à droite) explique son assolement, devant un mélange tritical-pois fourrager semé en automne. - © AA

Le réseau d'expérimentation et de développement caprin (Redcap), qui regroupe les régions Pays-de-la-Loire et Nouvelle-Aquitaine, s'est réuni jeudi 13 avril à Blou. L'objectif de ce réseau est d'être "un trait d'union entre les professionnels et les éleveurs. Nous souhaitons mutualiser des suivis et apporter des informations pertinentes" synthétise Jérémie Jost, animateur Redcap. Un des principaux sujets de recherche concerne les prairies multi espèces ainsi que les méteils, avec l'objectif de l'autosuffisance protéique ; ces thèmes ont été abordés en salle le matin, alternant interventions techniques et échanges d'expériences. C'est sous cet angle qu'a aussi été visité l'après-midi l'élevage de Laurent et Marie Ruau, ferme dont la SAU est de 111 hectares et qui dénombre un troupeau de 582 chèvres et 175 chevrettes de renouvellement. L'autonomie alimentaire de l'élevage est de 76%.

Pour retrouvez l'intégralité de l'article et des précisions sur la réussite de cette exploitation en terme d'autoconsommation, cliquez sur le lien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui