L'Anjou Agricole 06 décembre 2018 à 15h00 | Par VF

Journée technique Arvalis

Lors de la Journée technique Arvalis qui s’est tenue mardi 4 décembre à Saint-Jean-de-Linières, agriculteurs et conseillers ont discuté des méthodes de lutte contre la jaunisse nanisante de l'orge (JNO).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne-Monique Bodilis d'Arvalis-Institut du végétal
Anne-Monique Bodilis d'Arvalis-Institut du végétal - © AA

« Il n’y a pas lieu de s’alarmer, mais la douceur actuelle favorise le retour des pucerons », avertit Anne-Monique Bodilis, ingénieur régional d’Arvalis - Institut du végétal.

La jaunisse nanisante de l'orge est une virose transmise par un puceron. Les contaminations ont lieu en automne sur orge, avoine et blé, espèces les plus exposées. Avec des pertes de récoltes atteignant potentiellement les 40 qx/ha pour l’orge, 30 qx/ha pour le blé. Les insectes vecteurs peuvent s’installer et piquer dès la première feuille.

Lorsque la présence de pucerons est avérée, la mise en place du piégeage (de type cuvette jaune) est un préalable à tout traitement. « Sachant qu’on ne peut pas lutter contre le virus lui-même », rappelle Anne- Monique Bodilis.

Il existe à l’heure actuelle sept variétés d’orge tolérantes au virus de la JNO. Elles accueillent le puceron vecteur, mais sans manifester de symptômes. « Deux autres variétés sont actuellement en validation de test, et devraient être homologuées en janvier 2019 », annonce Anne-Monique Bodilis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.