L'Anjou Agricole 23 octobre 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

L’acupuncture, appliquée aux vaches laitières

Le GDS 49 a organisé une formation à l’acupuncture de deux jours avec une vétérinaire. Reportage à Brion en Maine-et-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une fois introduites, les aiguilles travaillent toutes seules, elles peuvent même s’expulser d’elles-mêmes, ressortir en tire-bouchon ou pliées à angle droit...
Une fois introduites, les aiguilles travaillent toutes seules, elles peuvent même s’expulser d’elles-mêmes, ressortir en tire-bouchon ou pliées à angle droit... - © AA

« J’aime à rappeler qu’ancestralement, le médecin en Chine était rémunéré tant que ses patients étaient en bonne santé ». C’est une approche différente de la santé animale et de la relation homme-animal que proposait la vétérinaire et thérapeute en médecines naturelles Nayla Cherino, pour la première formation à l’acupuncture délivrée par le Groupement de défense sanitaire de Maine-et-Loire.

L’acupuncture trouve, rappelons-le, ses origines dans la médecine traditionnelle chinoise : « la philosophie chinoise, on peut la résumer par : que faire pour être en bonne santé ? »... Une démarche tout à fait transposable chez l’animal. L’objectif de la formation était donc d’apporter aux éleveurs de bovins, qu’ils travaillent en conventionnel ou en bio, des connaissances théoriques  sur l’acupuncture, de les aider à développer leur capacité de diagnostic de l’animal  grâce à l’observation, au toucher...


Triangle d’immunité
Démonstration sur une vache de Nathalie Bessonneau, éleveuse à Brion (49). Une approche tout en douceur. « On commence par dire “bonjour” aux vaches, on entre chez elles », murmure Nayla Cherino. Une fois la vache choisie, l’éleveuse tente de la bloquer au cornadis, il fait chaud, elle perd patience. Nayla Chérino lui propose d’arrêter, de fermer les yeux pour écouter ses émotions et d’en faire part aux participants. L’éleveuse se détend, la vache se calme, va se positionner au cornadis sans
problème et la séance peut débuter.
Sur le flanc de la vache, les  éleveurs identifient ce que l’on appelle le « triangle d’immunité », délimité par trois points, la rate, le rein et le foie. « N’attendez pas d’avoir des symptômes sur la vache et de vous retrouver en situation d’inquiétude : mettez-vous y dès ce soir ! », conseille la vétérinaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La seule méthode de substitution à cette molécule servant à la désinfection des sols en maraîchage est la désinfection à la vapeur.

a déclaré J. Rouchaussé, président de Légumes de France, suite à l’annonce par l’Anses du retrait des autorisations de mise sur le marché des produits phytos à base de métam-sodium

Le chiffre de la semaine
1er
Les Pays-de-la-Loire sont les 1er sur le plan national en production de viande bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui