L'Anjou Agricole 10 mai 2017 � 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L'agenda agricole d'E. Macron : surtranspositions, droit à l'erreur, états généraux de l'alimentation

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Emmanuel Macron, élu Président de la République le 7 mai 2017.
Emmanuel Macron, élu Président de la République le 7 mai 2017. - © AA

Début avril, Emmanuel Macron, alors simple candidat, avait accordé un entretien à nos confrères du JDD, dans lequel il présentait l'agenda de ses premières réformes s'il était élu, dont beaucoup concernent l'agriculture. Il prévoyait «fin mai ou début juin», un projet de loi d'habilitation permettant au gouvernement «d'agir par ordonnances pour mettre en place le droit à l'erreur» face aux contrôles de l'administration.

Des textes doivent aussi de «supprimer les normes issues de la surtransposition» et imposer «la suppression d'une norme récente pour toute nouvelle norme votée». Durant l'été, il souhaitait lancer «les états généraux de l'alimentation», réunissant «les associations de consommateurs, les agriculteurs, les distributeurs, et l'ensemble des filières pour évoquer une meilleure rémunération des producteurs et donner un cadre de modernisation de l'agriculture». Il organiserait parallèlement «une conférence des territoires» pour établir «un pacte de confiance avec les collectivités locales». Toujours durant ce même été, il avait prévu «un tour des capitales européennes», afin de proposer «une feuille de route à cinq ans pour doter la zone euro d'un vrai budget et pour une une vraie Europe à 27 de l'environnement, de l'industrie et de la gestion des migrations».

A l'automne, il prévoyait «un texte de finances publiques quinquennal» et «un projet de loi de finances pour 2018», qui comprendront notamment les «principales mesures en faveur de l'emploi et de l'investissement, comme la baisse des charges, la baisse de l'impôt sur les sociétés». En revanche, il souhaitait prendre plus de temps pour réformer l'assurance chômage dont il souhaite «universaliser» les droits : «Tout cela sera finalisé au plus tard début 2018».

La FNSEA sera « un interlocuteur loyal et exigeant »

Le syndicat majoritaire se félicite, dans un communiqué le 9 mai, de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République et annonce qu'il «sera un interlocuteur loyal et exigeant portant la voix des agriculteurs». La FNSEA se réjouit que «le choix d'une France forte dans une Europe protectrice et ouverte sur les grands enjeux (ait) prévalu». Elle plaide pour que le nouveau président reprenne les «13 propositions pour les 200 premiers jours» du syndicat, et instaure «un ministère au périmètre élargi, intégrant l'agriculture, l'alimentation, la forêt et les territoires ruraux». La FNSEA promet notamment d'être force de proposition lors des Etats généraux de l'alimentation, annoncés dans le programme d'Emmanuel Macron. Elle se dit également «satisfaite» de voir que la simplification des normes serait une «priorité avant l'été» et promet d'être, là aussi, force de proposition.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.